Corse : quand faire le plein d’essence devient un luxe !

Une étude menée par l’INSEE, datée d’avril 2015, montre que les ménages du rural et de la périphérie des grandes villes sont les plus impactés par les dépenses de carburant. Une dépense pouvant dépasser 1600 euros annuels.

dépense essence

Ainsi, 28 % des ménages corses – soit près de 36 000 – sont en situation de vulnérabilité énergétique pour leurs dépenses de carburant, contre 10,2 % au niveau national.

Parmi les 10 % de ménages aux revenus les plus faibles (avec moins de 11 270 euros par an), 39 % sont en situation de vulnérabilité énergétique liée aux déplacements.

C’est aussi le cas de 12 % des ménages parmi les plus aisés, soit 8 points de plus qu’en moyenne nationale.

Si les ménages de toutes les catégories socioprofessionnelles sont touchés, la part des  ménages vulnérables atteint 60% chez les agriculteurs.

De plus, 42 % des moins de 30 ans sont en situation de vulnérabilité.

Dans le rural et la périphérie des grands pôles urbains,  sont en situation de vulnérabilité pour leurs déplacements :

  • 60 % des ménages aux plus faibles revenus
  • 80 % des moins de 30 ans
  • 75%  des agriculteurs, employés et ouvriers
  • 50% des célibataires

Il faut savoir qu’en Corse, les ménages utilisent plus fréquemment un véhicule qu’au niveau national (85 % des ménages contre 82 %).

Dans la région, 52 % des ménages utilisent leur voiture pour aller travailler (soit 4 points de plus qu’au niveau national).

En effet,  l’usage des transports en commun reste faible, seulement 2 % des ménages y ont recours (13 % en moyenne continentale). Ce qui souvent est dû à la grande faiblesse du maillage des transports en commun.

L’une des sources d’explication réside dans  le temps nécessaire pour accéder aux équipements et aux services, plus longs en Corse que sur le continent Cela pèse sur le budget carburant des ménages.

Par exemple, dans le rural, les temps d’accès aux équipements et services sont, nettement, plus élevés en Corse qu’au niveau national.

Les temps d’accès médians aux équipements de gamme supérieure (lycée, hypermarché, médecin spécialiste…), sont d’environ 78 minutes (le double des bassins de vie ruraux du continent)

Les temps pour accéder aux équipements de gamme intermédiaire (supermarché, collège, laboratoire d’analyses médicales…), sont 2 fois supérieurs en Corse : 30 min contre 14 sur le continent.

Cela a pour conséquence que 60 % des ménages, qui résident dans le rural, dépensent 4,5 % de leurs revenus, voire plus, pour honorer la facture de carburant du fait de leurs déplacements contraints.

Une autre source d’explication réside dans les trajets domicile travail. Cette fois ce sont les périphéries urbaines insulaires qui sont impactées.

Le fameux dilemme entre le choix d’un logement en périphérie en raison du coût de l’immobilier moins élevé  mais une augmentation des déplacements plus longs et, donc, plus onéreux.

Le taux de vulnérabilité lié au déplacement  y dépasse les 40 % (58% dans la périphérie bastiaise et 44% dans la périphérie ajaccienne

La dernière source d’explication, et non des moindres, réside dans le prix à la pompe.

Effectivement, une enquête réalisée par Le Parisien en, décembre 2017, montre que la Corse est la région de France où le prix de l’essence et du gazole est le plus élevé (+0.1 euros par litre par rapport à la moyenne national dans les deux cas).

prix essence décembre 2017

Une situation que n’explique pas la fiscalité qui est légèrement plus avantageuse en Corse que sur le continent.

fiscalité essence

Même si l’augmentation de la fiscalité sur le gazole, voulue par le gouvernement, à compter du 1er janvier 2018 ; va peser.

En effet, en ce début d’année, en Corse,  le prix au litre du gazole a augmenté de 8,53% et celui du SP95 de 1.28%.

Dans un article du 11 septembre 2015, paru dans Corse Matin, l’économiste Patrice Salini  avance, pour expliquer le prix plus cher en Corse, le marché restreint insulaire, les coûts importants du transport et de la distribution liés à l’insularité et au réseau routier difficile.

Cependant, les 20 stations-service situées entre Bastia et Lucciana proposent à la pompe

  • Entre 1.47 et 1.51€ le litre de gazole (12 sur 20 sont à 1.5€)

Alors que les stations de Haute Corse sont entre 1.41 et 1.53 €/l

  •  Entre 1.58 et 1.60 le litre de SP95 (11 sur 20 sont à 1.59€)

Alors que les stations de Haute Corse sont entre 1.51 et 1.62 €/l

Ces 20 stations sont sur une fourchette haute des prix avec une amplitude concurrentielle beaucoup plus faible    que sur l’ensemble de la Haute Corse.

Elles sont pourtant proches du dépôt pétrolier et sur un réseau routier simple.

Il faut, peut être, chercher l’explication dans le nombre de stations-service.

Alors que sur la France, il y a, environ, 0.28 stations-service pour mille véhicules en service. En corse, il y en a 0.65 pour mille véhicules.

De plus, sur le continent, on compte 1.85 salariés par station service. Or, en Corse, on dénombre 3.85 salariés par station service.

En somme, le surcout du prix, en Corse, peut s’expliquer en partie par une forme de contribution sociale.

Pourquoi pas ? Sauf que ce sont les plus démunis qui paient le prix fort de cette « contribution » …

Mais,  surtout, les pétroliers, auparavant seuls à se partager le marché de la distribution, ont dû accueillir les enseignes de la grande distribution après les politiques de libéralisation des années 1980. Partout ? Non, sauf en Corse où la grande distribution détient 0% des stations-service !!

Pourtant sur le continent, 55% des stations-service  appartiennent au réseau traditionnel et 45% à la grande distribution.

En revanche, près des deux tiers (61%) des litres d’essence sont vendus par la grande distribution. Les enseignes attirent les consommateurs notamment grâce à leurs prix. «Leurs stations-service sont les moins chères car elles utilisent le carburant comme produit d’appel, pour attirer des clients dans leurs grandes surfaces.

Un produit d’appel qui n’existe pas en Corse…

Cette analyse n’apporte aucune solution à la vulnérabilité des ménages insulaires liée au déplacement. Mais, elle tente de poser de manière complète le problème de l’essence en Corse. Or, c’est bien connu, la solution passe par un problème bien posé

Pour ceux qui ont eu la patience de me lire, je vous donne un petit tuyau, qui, à défaut, d’être une solution permet d’économiser quelques euros…

Sur le lien suivant, vous pouvez trouver la station-service, près de vous, offrant le meilleur prix: https://www.prix-carburants.gouv.fr/

2 réflexions au sujet de « Corse : quand faire le plein d’essence devient un luxe ! »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s