Pendant ce temps là….

Alors que la ville s’endort. Les enseignes de grands établissements financiers éclairent les façades luxueuses symboles d’une réussite spectaculaire.
Non loin de là, dans un paisible parc avec sa fontaine majestueuse dont l’eau reflète un croissant de lune, un petit garçon est allongé à coté de son père…

– Papa tu sais que je t’aime comme ça
– Moi aussi, petit bonhomme, je t’aime
– Papa ? dis… elle est où maman ?
– Elle est partie faire un long voyage…
– Mais elle rentre quand ? Elle me manque
– Tu sais, mon petit bonhomme, elle fait un voyage dont on ne revient pas. Tu te souviens.. Elle était malade, très malade.
– Oui je sais…
– Mais regarde, tu vois cette étoile là, celle qui brille fort. Elle est là maman, elle aura toujours un œil sur toi.
– Mais Papa … Pourquoi les docteurs ne l’ont pas soignée ?
– L’hôpital… la grande maison, où elle était soignée, a dû fermer. Il avait besoin d’argent et il n’y en avait plus. Alors « ils » sont venus le fermer.
– Papa, mais toi aussi tu tousses beaucoup, j’veux pas que tu me laisses tout seul.
– Ça va aller, ça va aller.
– Papa, pourquoi on ne peut pas aller à la maison ?
– Tu sais papa avait un travail. Avec ce travail, je rendais l’argent à la banque qui m’avait passé des sous pour acheter la maison. Quand papa a perdu son travail, il n’y avait plus d’argent pour rembourser la banque. Alors « ils » sont venus prendre la maison…
– Ce n’est pas grave papa. Je suis content d’être avec toi. Mais comment on fait pour perdre un travail ?
– L’entreprise, l’endroit où travaillait papa a dû fermer. Il n’y avait plus assez de sous. Les banques ne voulaient plus donner d’argent, elles avaient peur de ne pas récupérer leurs sous. Alors « ils » sont venus liquider l’entreprise.
– Papa ! J’ai encore un peu faim
– Tu as fini ton morceau de pain… tiens prends ma pomme. Papa n’a pas faim ce soir
– Papa je t’aime
– Moi aussi mon fils
– Papa j’ai froid
– Viens sers toi contre moi
….
– Papa mais tu es tout froid !
– Papa ?
– Papa…

Dans un paisible parc avec sa fontaine majestueuse dont l’eau reflète un croissant de lune, un petit garçon est allongé serrant de ses petits bras son papa immobile…. à jamais

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s